Basket, LF2/NF1 : Aulnoye-Aymeries, et maintenant ?

18 avril 2017
Par Thibaut Paquit
Une grande partie de l'effectif devrait être renouvelée

C'est dans un silence de cathédrale que le championnat de Ligue 2 s'est terminé samedi soir. On est loin des scènes, un an auparavant, d'une 3e place exceptionnelle au Final Four de LF2. Face au Limoges ABC, les filles d'Agnès Denys ont perdu leur 16e matchs de la saison, pour un bilan positif de 10 victoires. Dans un autre championnat, cela aurait pu suffir pour se maintenir. Pas cette année : Aulnoye-Aymeries est la 4e et dernière équipe reléguée à l'issue de la saison. Ce n'est pas samedi que cela s'est joué, certainement contre le Centre Fédéral : inexplicablement, Aulnoye-Aymeries est la seule équipe à avoir perdu deux fois face à ces jeunes au fort potentiel.

Il a manqué cette concentration, cette réussite, pour que le club puisse accrocher le maintien. Il n'a pas manqué grand chose non plus face à des équipes comme Chartres (-5), Roche Vendée (-7), Calais (-2), Reims (-3), Limoges (-4). Et avec deux succès supplémentaires... "On a perdu au mauvais moment, et on a gagné au même moment que nos adversaires directs." nous dit un supporter, samedi soir.

De nombreux départs

Maintenant, il faudra batailler la saison prochaine en NF1. Au côté probablement de Dunkerque, Roanne, La Glacerie, mais aussi l'épouvantail monégasque, Aulnoye-Aymeries aura fort à faire. Sans compter que l'effectif et l'organigramme va changer au niveau sportif. D'abord, les départs de Maud Medenou (Nantes-Rezé), Clémentine Morateur et Lorraine Lokoka (Angers) sont actés. Elise Fagniez partira rechercher du temps de jeu ailleurs. Des discussions sont entamées avec Caroline Plust, Lucie Laroche et Viviane Adjutor. Cora Duval (encore sous contrat) et Brenda Agblemagnon (qui veut rester) seront de l'aventure en 2017-2018, sans oublier Camille Coste (excellente en Pré-Nationale) et la jeune Flavie Herdhuin.
Agnès Denys ne sera plus l'entraineur (mais continuera en tant que Manager Général), au même titre que Jordan Campion (assistant). Tout est donc à reconstruire à ce niveau-là également. Le président Bruno Rivart l'a annoncé : le club va désormais se pencher sur un projet (très) long terme, sur 5 ans : histoire de se donner le temps de retrouver le plus haut niveau. Le nom de l'entraineur (un homme de la région) sera dévoilé dans les prochains jours. Ensuite, il faudra trouver 4 joueuses pour rendre possible un retour dans un an en Ligue 2, "On a un genou à terre, mais on va rebondir", clame Agnès Denys.