Près de 90 % de perte pour les arboriculteurs avesnois touchés par le gel mi-avril

17 mai 2017
Par Delphine Hernu
Ils demandent la reconnaissance de calamité agricole

Les arboriculteurs de l’Avesnois obtiendront-ils la reconnaissance de calamité agricole ? Une commission de la DDTM doit évaluer les dégâts causés par le gel en avril dernier alors que les pommiers étaient en fleurs, une perte de 80 à 90 % pour une vingtaine d’entre eux, parmi lesquels Mathieu Demay, représentant de la Pommeraie du Courtil à Beugnies et de la vingtaine d’arboriculteurs de l’Avesnois.

Existe-t-il une assurance pour le gel sur les fleurs de fruits ? Quelles sont les conséquences de cette courte et franche période de gel sur les vergers, sur les entreprises et leurs personnels permanent et saisonnier ? Avant cet épisode de gel, les arboriculteurs de l’Avesnois avaient-ils déjà formulé une demande de reconnaissance de calamité agricole ? Ecoutez l’interview Long Format de Mathieu Demay :

Écouter le podcast

Les arboriculteurs qui doivent maintenant faire face à une période de sécheresse, espèrent une réponse rapide à leur demande de reconnaissance de calamité agricole.

De son côté, Marie-Sophie Lesne, Vice-Présidente de la Région des Hauts-de-France se déplacera samedi matin dans deux exploitations arboricoles touchées par le gel : aux Vergers de Beaudignies, chez Amandine et Pierre Lecerf et aux Vergers Tellier à Le Quesnoy, chez Christophe Tellier. La Région indique que « cet événement [affectant les pommiers en pleine floraison, les poires de printemps et les fruits rouges] aura pour conséquence des baisses de rendement (pouvant aller jusqu’à 100%) et dans une moindre mesure des déclassements des fruits pour défaut de qualité visuelle ». Elle précise par ailleurs que « ce déplacement s’inscrit dans la démarche entreprise par la Région auprès du Préfet de Région pour que cet aléa soit reconnu calamité agricole, condition sine qua none à une indemnisation des agriculteurs touchés ».