L'info en Sud Avesnois et Thiérache

Privatisation du ValJoly : ce n’est pas encore pour demain, mais les démarches se poursuivent !

21 mars 2018 à 00h05 Par Paul Schuler
Crédit photo : Paul Schuler

On risque encore de parler pendant quelques mois de la privatisation du ValJoly...

L’appel d’offres pour une délégation de service public de gestion du site du valJoly s’est révélé infructueux, mais Mickaël Hiraux, le maire de Fourmies et Président du ValJoly reste néanmoins optimiste pour la suite de la procédure. Il nous a indiqué ce week-end que les négociations qui ont été engagées et celles qui le seront dans les prochains jours, concernent, dans un 1er temps, les 4 potentiels repreneurs qui ont retiré un dossier de candidature, mais qui ne sont pas allés au bout de la démarche.

Au-delà des points de blocage à éclaircir avec ces 4 investisseurs privés, le département du Nord a aussi maintenant la possibilité de démarcher en direct d’autres potentiels futurs gestionnaires du site. C’est ce qui sera fait jusqu’en juillet prochain, avec un choix définitif du concessionnaire qui devra être validé avant novembre. Bien évidemment, dans l’hypothèse où ces négociations et autres démarches n’aboutissent pas, Mickaël Hiraux précise que c’est le département du Nord qui reprendra en direct la gestion du ValJoly, à compter du 1er janvier 2019, avec une dissolution probable du syndicat mixte du ValJoly au 31 décembre prochain.

Mickaël Hiraux tient aussi à rappeler que le département du Nord s’est d’ores et déjà engagé à verser 1 million d’€ de subvention annuelle (contre 2 millions aujourd’hui), au futur gestionnaire privé, en contre-partie d’un maintien de l’accès gratuit au lac. Pour parvenir à l’équilibre, ces nouveaux gestionnaires devront aussi investir plusieurs millions d’euros dans la réhabilitation du camping et dans la construction d’un hôtel 3 étoiles de 80 chambres.

Quant aux salariés actuels du ValJoly, dans l’hypothèse où un délégataire est finalement choisi d’ici le 1er janvier 2019 ou 2020, ils auront la possibilité de rejoindre cet investisseur privé (et donc de quitter la fonction public) ou de rester fonctionnaire, en ayant la garantie d’être reclassés dans un autre service du département du Nord.

Mickaël Hiraux, le Président du syndicat mixte du parc départemental du ValJoly :

Photos