C'est son avis 07/06/2018

On peut dire qu’une guerre commerciale se déroule entre les Etats Unis et l’Europe.
C’est l’organisation mondiale du commerce qui va devoir trancher, c’est ce qu’on peut espérer et c’est ce que nous décrit le journal le Monde. Tout débute par la décision américaine d’augmenter les droits de douane sur l’acier et sur l’aluminium européens depuis le 1er juin. Par conséquent du coté Européen, il est annoncé de nouveaux droits de douane sur une série d’importations américaines qui devraient s’appliquer à compter du mois de juillet. Attention au risque d’escalade que fait peser cette mesure protectionniste décidée par l’administration Trump. Si rien ne change, Monsieur Trump pourra dire bye bye au jeans, à nos motos et au bourbon…
On parle santé, plusieurs études laissent entrevoir des possibilités de traitements sans chimiothérapie.
Le journal Libération évoque une étude qui pourrait changer la donne en matière de traitements des cancers. Signée par une trentaine de chercheurs américains, elle affirme que jusqu’à 70% des cancers du sein pourraient être soignés sans avoir recours à la chimiothérapie. La chimiothérapie, ce traitement lourd accompagné de nombreux effets indésirables (nausées, chute de cheveux, diarrhées). L'étude repose sur un test génétique donnant un pourcentage des risques de récidive, il permet d'orienter le médecin dans son diagnostic : au-delà de 25 %, la chimiothérapie est fortement indiquée, en-deçà de 10 %, elle est écartée. Le traitement c'est l’immunothérapie : un médicament et une méthode qui consiste à aider le système immunitaire à fonctionner pleinement pour localiser et détruire la tumeur.
Dans notre région, c’est un sujet important au travail qui attiré ton attention
Oui lc'est le ''Burn out'', c’est un jeune média qui se nomme : les hauts parleurs (un réseau de jeunes journalistes francophones) qui en parle et qui livre le témoignage de Jérome d’Arras qui a fait un burn-out à l'âge de 25 ans. Ils expliquent le burn-out : "Ça a commencé par des insomnies, je me suis rendu compte que je commençais à perdre mes cheveux, ça jouait sur mon humeur, je devenais impatient, insatisfait, Un stress omniprésent... Des plaques d'eczéma qui apparaissent et puis, même, des épisodes de dépression. Je me suis rendu compte que cela n'allait vraiment plus." Aujourd’hui ce sont des milliers de personnes qui sont concernées par le  burn-out qui n’est pas reconnu comme maladie professionnelle. Un jeune qui témoigne en chanson et qui n’hésite pas à remettre aussi en cause le système éducatif français qui vise bien trop souvent l'excellence.
On mange local dans de nombreuses cantines scolaires et cela devrait s’élargir à de nouveaux établissements
A l’occasion des rencontres de l’approvisionnement local au Quesnoy le journal la voix du nord a rencontré des chefs de cantines. Ils le disent «  Les élèves adorent voir les produits locaux dans leurs assiettes. Pour nous, c’est aussi un plaisir de travailler des produits frais  », témoigne Jean Roger, chef cuisinier de la cantine d’Anor. Et combien ça coûte ? «  Je suis relativement libre, tant que le budget du collège est respecté  », ça ce sont les mots de Christophe Cédric, le chef cuisinier du collège Ronsard d’Hautmont. En 2015, le Département a fait de l’approvisionnement local une priorité. «  De dix-huit établissements approvisionnés localement, nous sommes passés à cent quinze ». Après les collèges, le Département va maintenant se concentrer sur les établissements de santé.