C'est son avis du 22/02/2018

Direction les Etats Unis, elle a 18 ans et elle devient une figure de la lutte anti-armes

C’est une rescapée de la tuerie du lycée de Floride dans laquelle 17 personnes sont mortes sous les balles d’un ancien élève. Le journal Le parisien revient sur cette élève de terminale au crâne rasé qui a dénoncé la collusion entre les hommes politiques et la NRA (le lobby des armes à feu) interpellant directement le président Trump. Plus que jamais déterminée à faire modifier la législation très permissive sur les armes aux Etats-Unis. Résultat: plusieurs personnalités ont apporté leur soutien à la jeune femme sur les réseaux sociaux. Retenons son nom Emma Gonzalez, les jeunes contre le lobbying et la prochaine étape c’est le 24 mars un grand rassemblement à Washington. Ils y réclameront notamment un contrôle plus strict des armes à feu. Baptisée «Marche pour nos vies », la manifestation devrait inspirer d’autres rassemblements à travers le pays.

Retour en France, un peu de politique il regrette mais pas l’ensemble de ses propos

Le journal Le Monde revient sur le coup politique ou plutôt médiatique de la semaine, Laurent Wauquiez a décidé d’assumer ses déclarations chocs tenues, les 15 et 16 février, lors d’un cours donné à des étudiants de l’Ecole de management de Lyon. « J’ai des défauts, je suis sans doute un peu trop direct, pas assez dissimulateur », a fait mine de regretter Laurent Wauquiez.  
Mais il insiste : « J’assume les propos qui ont été les miens », à savoir un mélange d’invectives et d’accusations contre Emmanuel Macron, Gérald Darmanin, les députés de La République en marche (LRM) ou encore Alain Juppé. Wauquiez a plutôt choisi de se poser en victime des médias et joué de la rhétorique du complot, il ne « regrette vraiment » qu’une chose dans ses déclarations : avoir accusé Nicolas Sarkozy de mettre sur écoute ses ministres. Qu’on se le dise quand Laurent Wauquiez dit qu’il assume et  dit qu’il est trop direct ça vaut presque le coup de réécouter les enregistrements !

Dans notre région, direction Valenciennes et la pop school

La pop school c'est l'école du numérique qui répond aux exigences des entreprises du secteur, c'est le journal l'observateur qui nous décrit cette formation proposée aux demandeurs d'emploi, aux salariés et aux personnes en reconversion mais surtout aux développeurs web motivés, avec ou sans diplômes. La formation a une durée de 350h sur deux mois et demi seulement. Depuis sa création en 2015, la Fabrique du Numérique de Valenciennes a formé 100 apprenants au métier de développeur web mobile.

Ça se passe à Maubeuge, il s’appelle Nicolas et il est à la recherche de sa mère biologique

Le journal La voix du nord présente Nicolas Lefèbvre, ce toulousain de 38 ans né sous X à Maubeuge a décidé de partir à la recherche de sa mère biologique. Nicolas Lefèbvre est né le 30 septembre 1979. Cela fait plusieurs années qu’il souhaite connaitre ses parents, connaitre leurs choix et surtout des réponses à ses questions. De sa mère biologique, il ne connaît que son prénom, Monique.

En 2011, il avait créé le site internet nosracines.fr, pour aider les gens nés sous X à retrouver leurs parents biologiques. Après avoir abandonné ses recherches à plusieurs reprises, Nicolas Lefèbvre a décidé de les reprendre il y a peu. Lorsque j’ai appris que mes parents adoptifs n’étaient pas mes parents biologiques, j’ai pris une gifle  », se souvient-il. Nicolas avait 7 ans. «  Mais aujourd’hui, je vis bien, je n’ai pas de problème de famille. Je sais où je vais. Mais je pense qu’il est important de savoir d’où l’on vient. »