Fourmies / Thiérache : le cancer a eu raison d’Anissa

13 novembre 2021 à 08h39 - 4675 vues

« Après une nouvelle dégradation de son état de santé, Anissa, qui était à nouveau hospitalisée, est décédée paisiblement ce vendredi après-midi, entourée de ses proches ». C’est par ces mots que la triste nouvelle a été publiée sur les réseaux sociaux dans la nuit de vendredi à samedi, via l’association « L’espoir d’Anissa » qui avait été créée pour collecter des fonds afin de financer des traitements expérimentaux en Allemagne, pouvant donner de meilleurs résultats que les chimiothérapies proposées en France.

Anissa avait 29 ans. Cette maman de 2 jeunes enfants était originaire de Fourmies et vivait dans un petit village en Thiérache depuis plusieurs mois... Elle souffrait d’un triple cancer du sein très agressif, qui s’était généralisé jusqu'aux os. Alors qu’en France, seuls des soins palliatifs lui étaient proposés pour lui faire gagner quelques mois, sa seule chance de survivre se trouvait dans une clinique en Allemagne, à travers un traitement expérimental d’immunothérapie et de vaccinothérapie, non pris en charge par la sécurité sociale en France. Ces soins devaient durer près de 2 ans, pour une facture totale dépassant les 220 000 €. 

Malheureusement, les premiers traitements allemands n’avaient rien donné cet été. « Malgré les efforts consentis et l'application stricte du protocole allemand pendant 3 mois, nous n'avons pas pu observer de bénéfice. Bien-sûr les chances étaient minces, mais nous avons au moins essayé et ceci est déjà une source de satisfaction » avaient alors indiqué les proches d’Anissa.

Après cet essai infructueux et une nouvelle progression des tumeurs, il a donc été décidé de repartir sur une nouvelle monothérapie en France, pour faciliter l'interprétation des résultats, et se donner un peu de temps. L’état de santé d’Anissa ne permettait pas de repartir outre-Rhin en octobre, même si la porte n’était pas fermée et qu’en cas de nette amélioration, Anissa était prête à y retourner pour y retenter un nouveau protocole...

Le 5 novembre dernier, les responsables de l’association « L’espoir d’Anissa » avait annoncé son hospitalisation.  Ses signes cliniques s’étaient stabilisés, mais son état de santé restait préoccupant et nécessitait une surveillance quotidienne. Elle bénéficiait d’un nouveau traitement débuté fin octobre au CHU de Reims. Malheureusement, « ses métastases paralysaient toujours la fabrication des globules et des plaquettes par la moelle osseuse ». L'équipe médicale administrait régulièrement à Anissa « des poches de sang et de plaquettes, dès que nécessaire » et d’ajouter que « seule une régression des tumeurs permettrait d'augmenter l'intervalle entre les transfusions, mais aussi d'atténuer les risques de dégradation » ...

La question financière n’était plus un problème. Sur les 226 000 € collectés, il restait plus de 88 000 € pour « débuter un dernier vaccin, accompagné d’une immunothérapie », afin de relancer par ce biais le système immunitaire d’Anissa…, mais son état de santé s’est brusquement dégradé cette semaine et ce vaccin de la dernière chance n’a pas pu lui être administré.

La rédaction et tous les salariés de Canal Fm tiennent à présenter au mari d’Anissa, à ses deux enfants et à tous ses proches, nos plus sincères condoléances.

Par Paul Schuler