France Relance "Un Jeune, une Solution" - Un panel de contrats et d'aides aux entreprises

14 décembre 2020 à 07h54

« Mettons les jeunes au travail ! L’emploi est essentiel, tous les jeunes doivent avoir une solution avec ou sans diplôme », Corinne Simon, Sous-Préfète de l’Arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe.

 

L’épidémie de la Covid-19 a privé bon nombre de jeunes de jobs d’été ou de contrats d’apprentissage et pour ne laisser personne sur le carreau, France Relance consacre 6.7 milliards d’euros au Plan « Un Jeune, Une Solution » qui prévoit une incitation financière aux entreprises dans un panel de contrats et de formations : contrat d’apprentissage, contrat de professionnalisation, Contrat d’Initiative Emploi ou encore Aide à l’embauche d’un travailleur handicapé. « On est sur une opération gagnant-gagnant », explique la Sous-Préfète Corinne Simon, « tous les jeunes doivent avoir une solution, avec ou sans diplôme ».

Jeudi 3 décembre, Journée France Relance, Corinne Simon organise une rencontre à l’Agence Pôle Emploi d’Avesnelles, avec des jeunes et des Chefs d’entreprises qui bénéficient de Plan « Un Jeune, Une Solution », des Représentants de Pôle Emploi Maubeuge et Avesnelles, de CAP Emploi, de la Région Hauts-de-France, du GIP Réussir en Sambre Avesnois, de la DIRRECTE Hauts-de-France, des structures mobilisées qui impulsent les partenariats locaux, la synergie sur le territoire pour accélérer les recrutements, orienter les candidats vers les entreprises innovantes, avec un accompagnement personnalisé et intensif.

[Extrait 1 – Corinne Simon]

 

Un panel de mesures et de possibilités

Cyntia a 26 ans. Elle prépare une licence pro dans le domaine du développement commercial à Anzin. Depuis octobre dernier, elle est Apprentie chez Lalaut Traiteur à Boulogne-sur-Helpe. L’entreprise, dirigée par Nadine Polvent depuis 2 ans et demi, se modernise, travaille sur l’informatisation de ses outils, sur sa communication. Elle avait lancé 3 demandes de contrat d’apprentissage, seule Cyntia a été retenue. « On a besoin de jeunes dans l’évolution des entreprises, les jeunes apportent de la richesse », explique Nadine Polvent, « Cyntia s’est intégrée ».

[Extrait 2 – Cyntia]

Rachel a intégré le CSE Jeumont Electric, « j’attends d’elle qu’elle soit moteur », explique son Secrétaire, enthousiaste.

Théo, 22 ans, titulaire d’un Bac pro, a signé le premier Contrat d’Initiative Emploi du territoire avec Eco-Construction Rénovation à Louvroil qui prévoit pour lui une montée en compétences. Et dans le cadre du CIE, l’entreprise qui s’apprête à recruter une cinquantaine de personnes sur 18 mois, sera exonérée de charges sociales et bénéficie d’une aide à l’insertion professionnelle de la part de l’Etat, à hauteur de 47 % du SMIC brut pendant 6 mois s’il s’agit d’un CDD, pendant 12 mois s’il s’agit d’un CDI comme c’est le cas pour Théo.

[Extrait 3 – Théo et Rémi Camus, Directeur d’Eco-Construction]

Marjorie, 42 ans, ancienne Préparatrice en laboratoire, est en situation de handicap. Elle a décroché un CDD de 6 mois, au magasin fourmisien d’Antoine Roland, « Les Pieds sur Terre », magasin bio alimentaire et non-alimentaire, ouvert depuis août dernier. Il a bénéficié d’une aide à l’embauche d’une personne reconnue travailleur handicapé, ce que prévoit aussi France Relance. L’aide est accordée pour un contrat supérieur à 3 mois. Notez que toutes les aides AGEFIPH se cumulent.

[Extrait 4 – Antoine Roland]

[Extrait 5 – Alice Ferrai, Directrice-Adjointe CAP Emploi Grand Hainaut]

 

« De l’apprentissage à tout âge et dans tous les métiers », quel accompagnement ?

« On tente de rendre un peu plus chic l’apprentissage, c’est aussi une voie de formation royale, il ne propose pas que des formations de bas niveaux de qualification. On peut organiser des visites dans les CFA, dans les entreprises pour montrer aux jeunes que l’apprentissage c’est pas l’école et qu’il peut donner accès à des niveaux universitaires », Christine Prissette, GIP Réussir en Sambre Avesnois.

« Dans l’esprit des gens, Apprenti c’est BEP-CAP », constate Benoît Wascat, Conseiller Régional, « on peut faire de l’apprentissage à tout âge et dans tous les métiers ». La Région Hauts-de-France développe des formations qui répondent aux besoins et aux attentes des entreprises, accompagne les jeunes et les CFA sur l’apprentissage et propose des solutions de mobilité pour lever les freins à la formation et à l’emploi.

Pôle Emploi accompagne 600 jeunes de Sambre Avesnois « de manière massive et intensive ». Comment les jeunes sont-ils accompagnés ?

[Extrait 6 – François Fernandez, Directeur de Pôle Emploi Maubeuge Gare et Stéphanie Mixte, Directrice Pôle Emploi Maubeuge Pasteur].

 

Jeudi dernier, Sarah El Haïry, la Secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, se rendait à Cambrai et à Caudry pour rencontrer là aussi des jeunes et des entreprises qui ont bénéficié du Plan « Un Jeune, Une Solution » : l’hypermarché Cora de Cambrai qui a recruté une dizaine de jeunes, le Centre d'appel et de télésurveillance Sofratel avec 8 jeunes au poste de Téléconseillers et l’Université Régionale des Métiers de l'Artisanat de Caudry qui propose un plan de formations tout au long de la vie, du CAP au BTM et au BTS.

 

Le Plan « Un Jeune, Une Solution », c’est quoi ?

  • Il mobilise un ensemble de leviers : aides à l’embauche, formations, accompagnements, aides financières aux jeunes en difficulté, etc. afin de répondre à toutes les situations.
  • Il instaure une compensation de charge de 4 000 euros pour tout jeune recruté entre août 2020 et janvier 2021.
  • Il prévoit l’orientation et la formation de 200 000 jeunes vers les secteurs et les métiers d'avenir.
  • Il offre une aide de 5 000 euros pour recruter un alternant de moins de 18 ans (en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation) ou de 8 000 euros pour recruter un alternant de plus de 18 ans.