Grève demain dans l'enseignement - Les raisons de la colère

12 janvier 2022 à 12h00 - 579 vues
Télécharger le podcast

Jeudi noir en perspective demain avec la grève nationale dans l’enseignement des premier et second degrés. Les organisations syndicales mobilisées (SNUipp – FSU, Fédération Syndicale Unitaire, SE-Unsa, SIEN-Unsa, SNPDEN-Unsa ou encore SNE) porteront la voix des Professeurs, des Professeurs des Ecoles, des Inspecteurs d’Académie, des Chefs d’Etablissement. A leurs côtés, les parents d'élèves.

Elles reprochent au Gouvernement, la gestion de la crise sanitaire dans les établissements scolaires, la désorganisation de leur fonctionnement, générée par le changement incessant du protocole sanitaire. Elles réclament le retour à un protocole sanitaire plus léger, selon la règle de la fermeture de la classe, au premier cas de covid-19. Elles s’inquiètent du non-remplacement des Enseignants absents et de la prise en charge de leurs élèves qui ne peuvent être brassés dans les autres classes en raison des conditions sanitaires.

 

Une situation anxiogène dont témoignent, à notre micro, des parents d’élèves sambriens comme Camille, Mélanie, Youssef, des élèves et Vincent Delecroix, Représentant du Syndicat National des Enseignants, le SNE Secteur Maubeuge-Avesnes et Enseignant en école primaire à Avesnelles. A la veille de la grève, ils sont les Invités de la Rédaction ce mercredi, à 12h et 19h sur Canal FM. Interview en PodCast, réalisée par Thibaut Paquit et Delphine Hernu.

 

Une grève nationale maintenue malgré les annonces lundi soir du Premier Ministre qui ont attisé la colère des organisations syndicales. Jean Castex a annoncé la mise en place de 3 « dispositifs d’assouplissement » : un cas positif détecté dans une classe, les autres élèves sont testés après les cours ; 3 autotests gratuits au lieu d’1 test PCR en pharmacie suivi de 2 autotests au bout de 2 et 4 jours et une seule attestation parentale pour les 3 autotests, au lieu d’une attestation par test ou autotest. Objectif : « laisser au maximum les écoles ouvertes dans l’intérêt de l’enfant », indiquait Jean Castex.

La grève de demain sera fortement suivie, préviennent les Syndicats, les communes assurent le service minimum d’accueil mais invitent les parents d’élèves à garder leurs enfants chez eux, au vu des conditions sanitaires, c’est le cas de Jeumont ou encore Ferrière-La-Grande.

Delphine Hernu et Thibaut Paquit