En bref, ce mercredi 7 avril 2021

07 avril 2021 à 15h15 - 495 vues

Dans le sud-Avesnois :

Un record de contaminations Covid sur Fourmies et dans le sud-Avesnois

Dans le sud-Avesnois, c’est de pire en pire. Le taux d’incidence s’approche dangereusement des records de contaminations enregistrés le mois dernier sur Dunkerque, dans le Pas-de-Calais et en région parisienne, sans aucune raison particulière, avec désormais 800 cas positifs pour 100 000 habitants, contre 748 la semaine dernière et 225 il y a 3 semaines. Hier soir, il y avait 22 patients Covid pris en charge à l’hôpital de Fourmies, contre 16 il y a 8 jours, dont 2 en soins intensifs. Néanmoins, ces derniers chiffres ne reflètent pas totalement la situation réelle au niveau local, puisque sur la période du 19 mars au 4 avril, l’hôpital de Maubeuge a transféré plus d’une quarantaine de patients vers les hôpitaux de Fourmies, d’Avesnes et d’Hirson.

Fourmies soutient ses commerces de proximité

Près de 30 000 € ont ainsi été reversés depuis le début de cette année aux 127 commerçants fourmisiens, via l’attribution de bons d’achats de 50 €, à raison de 3 par commerçants et par une distribution de chèques-cadeaux d’une valeur de 10 euros destinés à encourager l’achat local et à fidéliser la clientèle. Ces bons d’achat et ces chéquiers cadeaux ont été offerts à 575 fourmisiens tirés au sort !

Encore deux annulations d’événements phares dans le sud-Avesnois 

Le marché aux puces de Fourmies, la deuxième plus importante brocante de la Sambre-Avesnois-Thiérache, après celle de Maroilles, est annulé pour la deuxième année consécutive. Les 10 000 visiteurs et 400 brocanteurs qui étaient attendus le 9 mai devront patienter jusqu’au 8 mai 2022 pour investir à nouveau la place verte fourmisienne. Et puis parmi les autres annulations regrettables pour cause de Covid, il y la célèbre fête du printemps à Wignehies et son traditionnel cortège carnavalesque, qui vous donne également rendez-vous l’année prochaine…

En Thiérache :

Covid-19 : pas d'amélioration en Thiérache

En Thiérache, les taux de contaminations restent très élevés et largement supérieurs aux taux enregistrés dans le reste du département de l’Aisne. Ils varient entre 493 cas positifs pour 100 000 habitants en Thiérache du centre et 607 cas positifs dans le canton de Guise. Dans le canton d’Hirson, on comptait lundi soir 592 cas positifs pour 100 000 habitants, contre 617 le 1er avril. Au niveau des hospitalisations, elles sont plus ou moins stables en Thiérache : l’aile Covid-19 de l’hôpital d’Hirson compte à ce jour 17 patients pris en charge, contre 19 mercredi dernier. Sur Guise, il y avait hier soir encore et toujours 12 patients Covid hospitalisés !

Des mesures complémentaires pour lutter contre la propagation de la Covid-19 en Thiérache

Alors que les taux de contaminations dans l’arrondissement de Vervins sont désormais les plus élevés du département de l’Aisne, le préfet a décidé de limité la consommation d’alcool, en interdisant la vente à emporter de boissons alcoolisées sur la voie publique. Par ailleurs, contrairement au département du Nord, les règles des marchés couverts sont étendues aux marchés de plein air en Thiérache. Dorénavant, seuls les commerces alimentaires ou ceux qui proposent une vente de plantes, de fleurs et de graines légumières sont autorisés à vendre sur les marchés hebdomadaires de Guise, du Nouvion, de Vervins, La Capelle ou sur ceux d’Hirson.

L'ouverture de deux nouveaux commerces en Thiérache 

Une nouvelle concession agricole va ouvrir ses portes dans les prochains jours à la sortie du Nouvion-en-Thiérache ! C’est la société Verhaeghe, concessionnaire agricole depuis plus de 64 ans en France, qui est en train d’investir les anciens locaux de « Trans Nouvion ».

A Lerzy, entre Guise et La Capelle, c’est une coiffeuse 100 % écolo qui a prévu d’ouvrir dans les prochaines semaines son propre salon, qui aura la particularité d’utiliser zéro produit chimique et de ne pas faire de déchet, puisque tout sera recyclé, y compris les cheveux coupés qui serviront à confectionner des perruques ou des boudins absorbant la pollution !

Par Paul Schuler