Préparez-vous à payer plus cher votre facture d’eau


04 décembre 2022 - 1522 vues

Préparez-vous à payer plus cher votre facture d’eau ! Une hausse entre 6 et 10 % estime le Siden-Sian, un taux qui sera soumis au vote du Syndicat Intercommunal de Distribution de l’Eau du Nord, le 12 décembre prochain. Une hausse importante mais qui aurait pu être plus élevée encore de l’ordre de 15 à 20 %.

 

Pourquoi une hausse ?

Le Siden-Sian-Noréade justifie : « la situation est tout à fait exceptionnelle » explique Paul Raoult, son Président avec le changement climatique : le déficit de pluie depuis février, la sécheresse, « les niveaux des nappes phréatiques restent bas ou très bas. Depuis 20 ans au moins, on a fait des interconnexions, heureusement, pour ravitailler les 620 communes du Siden-Sian ».

Deuxième raison, la crise et le prix de l’énergie car le Siden-Sian utilise des pompes qui fonctionnent à l’électricité. Sa facture d’énergie était de 8 millions d’euros en 2021, elle passe à 18 millions en 2022 et atteindra 28 millions d’euros en 2023 », poursuit Paul Raoult. A cela s’ajoute la hausse du coût des chantiers, « + 15 % d’augmentation au minimum sur l’ensemble des chantiers », « un tuyau de fonte c’est + 45 %. Il y a aussi le chlore ou encore la chaux qui ont augmenté ».

Conséquence, l’investissement sur les réseaux d’eau et d’assainissement passera de 80 à 70 millions d’euros par an et « on fera un petit peu d’emprunt, ce qu’on a toujours évité », observe Paul Raoult.

 

Quels investissements ?

« Nous devons répondre aux besoins des habitants et en même temps, on a une responsabilité écologique » dans le respect de la règlementation en vigueur, avec la chasse aux fuites d’eau sur le réseau, la chasse aux pesticides et la gestion intégrée des eaux pluviales.

 

La chasse aux fuites d’eau sur le réseau

« Nous devons faire en sorte que notre réseau soit de moins en moins fuyard ». Le taux de fuite était de 25 % en 2017, on a gagné 5 % en 5 ans. « Avoir ce taux de fuite en milieu rural, c’est très bien », se félicite Paul Raoult car le réseau est vaste. « On a 24 kilomètres de réseau rien que sur Gommegnies, 2 300 habitants. On a 11 000 kilomètres de réseau d’eau pour un petit million d’habitants ; l’Ile-de-France c’est 4 fois plus de kilomètres de réseau pour sa population. On est dans le bon ». Objectif : atteindre 90 % de rendement.

Paul Raoult :

 

La chasse aux pesticides sur le réseau

« Avant on ne les cherchait pas, maintenant on les cherche et donc on les trouve ». L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) et l’Agence Régionale de Santé (ARS) ont publié en juin dernier des critères des pesticides dans l’eau. La réglementation évolue et exige la mesure et le traitement des métaboliques, autrement dit, la dégradation des pesticides dans l’eau. Une exigence qui nécessite de nouveaux équipements et donc un coût d’investissement, pour répondre aux normes dites de transition. Le Siden-Sian a 6 ans pour y parvenir.

Paul Raoult :

 

« L’eau de pluie doit être traitée autrement »

« On a créé un réseau unitaire eaux usées/eaux pluviales. Or les déversoirs d’orage fonctionnent de plus en plus et ces eaux arrivent dans la rivière mais le Législateur le dit « pas plus de 5 % » et en plus, une directive européenne est en préparation pour passer à 1%. Autant dire que le déversoir, c’est foutu ! », explique Paul Raoult. Il faut donc une séparation sur le réseau entre les eaux usées et les eaux de pluie pour éviter que les deux n’aillent à la station de traitement car moins de volume à traiter réduit le coût du traitement des flux en station d’épuration. « Il faut qu’on arrête les 30 ans du tout tuyau et faire en sorte que les eaux pluviales s’infiltrent à la parcelle », pour ainsi recharger les nappes phréatiques directement, sans qu’elles ne soient canalisées. Le Président du Siden-Sian invite les Elus locaux et le Département du Nord, à engager une réflexion sur la solution de la gestion intégrée des eaux pluviales, dans l’aménagement des écoles ou des collèges :

Paul Raoult :

 

Sur l’Arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe, le Siden-Sian qui compte 131 communes adhérentes sur l’eau potable et 120 en assainissement, soit 100 000 habitants, a programmé sur la période 2021-2028, 43 millions d’eau pour le renouvellement du réseau d’eau potable et 35 millions d’euros sur l’assainissement dont 20 millions sur l’amélioration du réseau.

 

Delphine Hernu