(Vidéo) Aulnoye-Aymeries – Retour sur la visite du Président Emmanuel Macron à la Maison de Santé

22 novembre 2021 à 09h20 - 1106 vues

Il est arrivé vers 13h50, avec ses ministres de la Santé Olivier Véran et de l’Intérieur Gérarld Darmanin. Pour la seconde fois en 3 ans, le Président de la République Emmanuel Macron était en Sambre-Avesnois pour signer la deuxième partie du Pacte Sambre-Avesnois Thiérache. 

Accueilli par des élus et le Docteur Xavier Lefebvre, Emmanuel Macron est resté un peu plus de deux heures avec des pharmaciens, sage-femmes, médecins. Emmanuel Macron a pu constater la détresse de toute une population aujourd’hui : « Monsieur le Président, il nous manque de tout par ici : médecins, dermatologues, gynécologues, ophtalmologues, pédopsychiatres … ». Sans rien promettre dans les mois qui viennent, le Président de la République explique « qu’en levant le numérus clausus, un premier pas a été franchi. Il faudra du temps pour former ces médecins. En écoutant les maires, c’est le sujet numéro 1 du moment ».

Des actes attendus

Au cours des échanges, le Président de la République a expliqué ses ambitions pour des territoires comme la Sambre-Avesnois. Le Chef de l’État explique qu’il faut que les jeunes en formation viennent sur le territoire : « Tous les médecins qui sont là, on veut qu’ils deviennent maîtres de stages et qu’ils accueillent des jeunes. On doit leur faciliter la vie et changer les règles du jeu. On doit les inciter à venir dans des territoires comme ici et leur proposer de s’installer dans des zones qui sont carencées : un travail sera fait avec les facultés d’Amiens et de Lille (…) Il faut savoir dire aussi : vous êtes médecins salariés, c’est là qu’il faut aller. »

Dans ce Pacte n°2, le Chef de l’État a bien fléché la création d’un internat près du Centre Hospitalier de Maubeuge, demandée par la Direction de l’Hôpital : « Il faut que les internes puissent suivre leur formation en dehors des grands centres hospitaliers ».

Pour les médecins locaux, comme ces jeunes rencontrés vendredi, les échanges avec le Chef de l’État étaient « intéressants, complets. La question c’était de redynamiser la zone. On a senti qu’il y avait une envie de progresser. On espère des changements rapidement pour arrêter ces déserts médicaux. » Six mois après la marche blanche des professionnels de santé, il y aura t-il un avant et un après 19 novembre 2021 ? "Nous ferons un bilan d'ici un an". Par ailleurs, l'État promet des aides financières importantes dans la Sambre-Avesnois Thiérache notamment, à travers le plan "restauration des capacités financières" pour désendetter, notamment, certains hôpitaux (voir ci-dessous).

258771908_947226899531140_5754733202935360550_n.jpg (545 KB)

<<< Antoine, 21 ans, stagiaire Kiné, Thomas, 26 ans médecin interne, Justine, 26 ans, étudiante "cordées de la réussite filière excellence santé médecin généraliste" :

<<< Xavier Lefebvre, médecin généraliste :

<<< Brice Voluer, pharmacien à Aulnoye-Aymeries :

<<< Les chiffres à retenir :

  • 23 millions d'euros pour le Centre Hospitalier de Maubeuge
  • 4,3 millions d'euros pour le Centre Hospitalier de Le Quesnoy
  • 3,3 millions d'euros pour le Centre Hospitalier de Fourmies
  • 20 millions d'euros pour Felleries-Liessies : rénovation thermique et construction d'une liaison accueillant un nouveau plateau de rééducation et un hôpital de jour
  • Aides ponctuelles pour Jeumont, Avesnes-sur-Helpe et Hautmont